La guérison du fils d’un officier.

La guérison du fils d’un officier

Jean 20:30-31 Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceci est écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Les sept miracles de l’Évangile de Jean.
1. L’eau changée en vin (Jean 2 :1-12)
2. La guérison du fils d’un officier (Jean 4 :43-54)
3. La guérison d’un paralytique (Jean 5 :1-16)
4. La multiplication des pains pour les cinq mille hommes (Jean 6 :15)
5. Jésus marche sur les eaux (Jean 6 :16-21)
6. La guérison de l’aveugle-né (Jean 9 :1-41)
7. La résurrection de Lazare de Béthanie (Jean 11 :1-46)

1/ Résumé

Nous avons vu, lors de la dernière étude, que la Parole est la genèse de la foi (au commencement était la Parole). Le miracle de l’eau changée en vin est le résultat de l’obéissance à cette Parole.

Jean 2:5 Sa mère dit aux serviteurs: Faites tout ce qu’il vous dira.

A/ Les discours, les miracles

Avant de raconter le deuxième miracle, Jean relate différents discours puis différents miracles.

Il est important de tout mettre dans le bon ordre et dans le contexte pour comprendre le sens, la raison d’être et l’enseignement.

Jean chapitre 1
– Prologue : Au commencement
– Témoignage de Jean Baptiste : Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde
– Les premiers disciples :
– Il leur dit: Venez et vous verrez. Ils allèrent et virent où il demeurait; ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là.
– Viens et vois
– Nathanaël reprit: Rabbi, toi tu es le Fils de Dieu, toi tu es le roi d’Israël.

Jean chapitre 2
– Les noces de Cana
– Les vendeurs chassés du temple : Le zèle de ta maison me dévore
– Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai (il parlait du temple de son corps)

Jean chapitre 3
– Entretien de Jésus avec Nicodème
– Jean 3:3 Jésus lui répondit: En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu.
– Jean 3:16 Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.
– Nouveau témoignage de Jean Baptiste
– Jean 3:30 Il faut qu’il croisse et que je diminue.
– Jean 3:35-36 Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne se confie pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

Jean chapitre 4
– La Samaritaine
– Guérison du fils d’un officier royal

2/ Introduction

– Jean 4 :43-54

Jean lui-même nous invite à nous souvenir du premier miracle :

Jean 4:46 Il retourna donc à Cana, en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. (Il y avait à Capernaüm un officier royal dont le fils était malade.)

D’autres miracles se sont accomplis entre-temps :
Jean 4:45 ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête. Car eux aussi étaient allés à la fête.
Jean 4:45 ils avaient vu tous les miracles qu’il y avait faits. (SEM)

Mais l’Évangile de Jean ne nous rapporte pas ces miracles, voulant délibérément nous conduire dans un apprentissage progressif de la foi.

3/ Le contexte
Jésus revient à Cana. Mais à Capernaüm se trouve un homme qui apprend que Jésus est à Cana et il décide d’aller le rencontrer.

Plus de 7 heures de marche.

Cet homme a certainement entendu le récit des miracles de Jérusalem.

Jean 4:47 Il apprit que Jésus était venu de Judée en Galilée, alla vers lui et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir.

A/ Il apprit

Romains 10:13-15 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler? Et comment entendront-ils parler de lui, sans prédicateurs? Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés?

B/ Il alla
C’est déjà la première démonstration de sa foi.
Il vient à la rencontre de Jésus s’attendant à recevoir de lui quelque chose.

C/ Il pria Jésus
Matthieu 7:7 Demandez et l’on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira.

D/ Une réponse surprenante
Jean 4:48 Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croirez donc point!

Aux noces de Cana :
Jean 2:4 Jésus lui dit: Femme, qu’y a-t-il entre toi et moi? Mon heure n’est pas encore venue.

Une parole qui vient comme décourager ? Est-ce là l’intention de Jésus ?

Souvenons-nous que le récit a un but pédagogique et cette réflexion est là pour nous amener à considérer les événements de la bonne manière.

Le miracle n’est pas la chose primordiale (voilà pourquoi Jean va s’attacher davantage au discours, à la parole, plutôt qu’aux miracles).

Souvenons-nous de ce qui vient de se dérouler en Samarie :
Jean 4:41-42 Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole, et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de tes dires que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde.

Quel miracle ? Aucun, juste la parole.

Reprenons le récit du riche et du pauvre appelé Lazare (Luc 16 :19-31) :

Luc 16:27-28 Le riche dit: Je te demande donc, père, d’envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j’ai cinq frères. Qu’il leur apporte son témoignage, afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourment.

Luc 16:29-31 Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent. Et il dit: Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit: S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts.

Moïse et les prophètes : la Parole. Au commencement était la Parole…
Le miracle ne peut pas se substituer à la Parole mais vient confirmer cette Parole.

Nous verrons néanmoins plus loin que cette réflexion de Jésus est une parole de connaissance sur la qualité de la foi de cet homme qui est dans le trouble à cause de la mort qui plane sur son fils.

E/ La persévérance de la foi
Jean 4:49 L’officier royal lui dit: Seigneur, descends avant que mon petit enfant ne meure.

La prière de cet homme est précise : Descends, viens chez moi, impose les mains à mon fils afin qu’il soit guéri.

En fait, Jésus ne va pas répondre à cette prière. Le fils va bien être guéri mais pas selon le plan de l’officier.

F/ Il crut
Jean 4:50 Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il s’en alla.

Il crut à la parole, sans rien voir ! Sa foi est basée sur une parole de Jésus VA (on retrouvera ce mot lors de la guérison du serviteur du centenier romain, et l’on fera la comparaison entre ces deux guérisons à ce moment-là)

Sa foi l’amène encore à agir, le fait de rentrer chez lui veut dire: je crois que j’ai obtenu ce que je suis venu chercher auprès de Jésus.

G/ L’épreuve de notre foi
Le chemin de retour est un chemin où la foi est éprouvée.
Le diable revient avec cette même parole :
Genèse 3:1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin?

Remettre en question la Parole, c’est essayer d’anéantir la foi :
Luc 22:31-32 Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas, et toi, quand tu seras revenu (à moi) affermis tes frères.

Et Pierre a retenu la leçon :
1 Pierre 1:7 afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra.

H/ La foi affermie
Jean 4:53 Le père reconnut que c’était à l’heure même où Jésus lui avait dit: Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maisonnée.

Souvenons- nous de ce que Jésus avait dit :
Jean 4:48 Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croirez donc point!

Il est dit que cet homme crut, lui et toute sa maisonnée. Ne croyait-il pas avant ?
Il y avait la foi dans le miracle, sans connaître Jésus.
Les noces de Cana avaient amené les disciples à croire.
Jean 2:11 Tel fut à Cana en Galilée, le commencement des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

La foi de l’officier a été mise en œuvre à cause du besoin, et le signe confirmant la parole a conduit cet homme à placer sa foi dans Jésus, Sauveur du monde, et son propre Sauveur.

Paradigme fréquent :
-# un besoin urgent et critique
-# l’espérance suite à la réception d’une bonne nouvelle
-# un cri du cœur, un appel au secours
-# la foi basée sur la parole de Christ
-# l’épreuve de notre foi
-# le miracle
-# la foi plus ferme et plus profonde

Conclusion
Notre foi en Christ est à quel stade ? Avons-nous nous aussi besoin d’un miracle ?

L’épreuve de notre foi doit produire la louange et la gloire pour notre Seigneur.

La foi n’est pas la recherche du miracle mais de la volonté de Dieu pour nos vies.

Dimanche prochain nous considérerons le troisième des sept miracles: La piscine de Béthesda (Jean 5 :1-16)

Laisser un commentaire